L’ADN du Parlee Chebacco

December 09, 2019

L’ADN du Parlee Chebacco

Récemment, Yannick a organisé un petit voyage au Massachussets. Le but était de visiter le quartier général de Parlee Cycles afin de voir comment étaient fabriqués les vélos des modèles de la Z series, rencontrer les dirigeants, dont le légendaire Bob Parlee, fondateur de la marque de vélos, et surtout tester le Chebacco, le garvel bike de Parlee Cycles, sur les routes qui ont inspiré à sa création. Voir le résumé de cette aventure!

Pour la petite histoire, la rumeur veut que le nom Chebacco vienne d’une route éponyme, qui se trouve à Ipswitch, à une quinzaine de kilomètres des bureaux de Parlee Cycles. Cette route est réputée pour la très mauvaise qualité de son bitume. N’essayez pas de la trouver sur Google Street View, elle n’y apparait même pas. Pour en revenir à nos moutons, lorsque l’équipe de Parlee Cycles travaillait sur le développent d’un vélo de gravelle, ils se sont dit que l’objectif serait de faire un vélo avec lequel on peut rouler sur cette route cahoteuse.

Avec des freins à disque, un jeu de pneus large (jusqu’à 40 mm) et un cadre en fibre de carbone à 100%, ayant un moulage précis permettant de mieux absorber les vibrations, ce vélo nous a permis d’étendre les possibilités de pilotage hors route, tant sur les sentiers de quatre roues que dans les pistes de vélo de montagne.

De plus, pour l’aspect performance, le Chebacco partage le même ADN que les vélos de route Parlee tels que les modèles des séries Z et Altum. Le cadre a une géométrie et des caractéristiques de conception spécialement conçues pour la performance, notamment des haubans plus larges, un boîtier de pédalier plus bas que les vélos de cyclo-cross de style européen traditionnel et l’angle du tube de direction est un peu moins agressif. Cela donne au Chebacco une conduite douce et stable à plus grande vitesse, en particulier hors route. J’ai eu la chance de tester le vélo lors d’un ultime test de virilité avec Charles, que vous avez pu entendre sur Radio Bidon, j’ai été surpris de la facilité avec laquelle j’ai pu atteindre une bonne vitesse et garder ma puissance. Disons que le feeling était différent que ce que j’ai ressenti sur d’autres gravel bikes essayés par le passé.

Personnellement, je crois de moins en moins au N+1, tant chéri par plusieurs cyclistes. Je préfère avoir un excellent vélo, bien entretenu et qui me permettra de faire tout ce que j’aime : vélo de route, cyclo-cross et gravel bike qu’avoir plusieurs vélo de qualité inférieur. Après avoir essayé le Parlee Chebacco, j’ai finalement trouvé chaussure à mon pied.